Menu principal

CHANGE LANGUAGE

En savoir plus

La collection du macLYON trouve son origine dans la décision municipale prise en 1980 de développer l'art contemporain à Lyon. L'écart est alors grand entre la scène lyonnaise et le monde de l'art international aux États-Unis et en Europe. Le choix pragmatique fait alors est de ne rattraper aucun retard, de ne combler aucune lacune, mais de prendre l'état de l'art tel qu'il est et de travailler avec les artistes vivants dans la perspective de créer un musée qui leur convienne.

Il résulte de cette volonté d'ouvrir au maximum le champ des possibles artistiquement et techniquement une collection majoritairement faite d'installations, d'œuvres insaisissables en tant qu'objet (performances, actions, happenings, events), d'œuvres qui mettent à mal les catégories, les habitudes de conservation, les modalités d'exposition. Les artistes, invités à contribuer à l'élaboration du projet muséal, interpellent l'institution. Le fragile voire l'in-conservable, le monumental, le fugace ou la technologie côtoient le corps, le temporaire, le minuscule ou l'insaisissable. La collection découle d'un principe simple : l'exposition est désormais le lieu de travail de l'artiste, l'enjeu autour duquel se focalisent pour l'artiste et pour le musée les questions de production, de scénographie et d'acquisition des œuvres.

Initiée par Thierry Raspail, la collection du macLYON dénombre en 2019 1450 œuvres dont la grande majorité furent montrées dans des expositions collectives ou monographiques organisées par le musée. Dès 1984, date d'inauguration des premières expositions, les œuvres sont créées par les artistes vivants dans le cadre de l'exposition, lieu et moment où les œuvres sont produites, mises au point et moment où elles sont éprouvées, et choisies pour être acquises.

Ancrée dans l'actualité des arts plastiques, la collection présente une grande diversité de formes, de matériaux, de dimensions : performance, peinture, installation vidéo, sculpture, installation sonore, photographie, dessin, cinéma, programmation informatique, ou livre. Elle se caractérise par une forte proportion d'installations monumentales significatives de l'évolution de l'art vers la création d'univers immersifs dont le visiteur peut directement faire l'expérience. Le macLYON a par ailleurs la particularité d'avoir acquis des expositions complètes, à rejouer, mais il conserve aussi des œuvres qui délibérément testent les limites du médium et les catégories convenues des disciplines artistiques pour inventer du nouveau.