Menu principal

CHANGE LANGUAGE

Artistes présentés

L'exposition


Thierry Raspail choisit de montrer une sélection d’oeuvres de Robert Combas et de Marc Desgrandchamps

COMBAS / DESGRANDCHAMPS


« [...] la présence de l’être, ici et maintenant, est ce qui rassemble le mieux Combas et Desgrandchamps que tout semble opposer, sauf la passion incommensurable de remplir inlassablement des surfaces de couleur. La Présence et le Temps.

Marc Desgrandchamps s’intéresse au temps long, à tout ce qui présentise le présent, celui d’avant et celui d’après, c’est pourquoi ses femmes sont des statues-colonnes aux bases solides et aux pieds larges acoquinées de tongs, cothurnes de l’éternel. Chez lui tout est suspendu à la durée. L’énoncé d’un instant, figé mais persistant, a souvent l’apparence d’un triptyque comme entre deux moments éternisés. L’anecdote, vécue ou fantasmée, est pourtant essentielle, car elle est à l’origine de la scène que l’on voit et qui se perd dans l’infini, bien avant que ne s’instaure une perspective car il n’y a aucun déterminisme dans le monde de Desgrandchamps. Car il n’y a rien à attendre de précis puisque tout peut arriver. Il y a seulement des indices de traces et des schèmes d’objets manufacturés : quelques ballons, des flots, des vols. La durée est essentialisée.

Dans l’œuvre de Robert Combas en revanche, tous les instants de toutes les secondes se superposent, semble-t-il. Mais ce ne sont que des constructions, constructions d’un monde saturé, pléthorique, où les divergences s’accusent, où les singularités s’affrontent, et où les « je » jouent à se faire la guerre. Monde des mots et des normaux, playbacks hypocrites et saintes vérités, tragiques Cro-Magnons, et burlesque abrasif. Humour. Combas maîtrise le temps court, les surplus qui s’accumulent, s’entassent et s’estompent pour revenir encore et encore saturer le vivant.

Tous deux, Combas et Desgrandchamps ne se doivent rien, mais se connaissent bien, et ils se croisent à l’instant précis de Maintenant, entre l’éternité de l’un et l’instantanéité de l’autre. Quand l’un suspend le temps pour assurer la permanence, l’autre ajoute des rubriques pour actualiser l’éphémère. D’un coté la spatialité de Tout le temps, de l’autre un état permanent de stupéfactions simultanées. »

Thierry Raspail, extrait du texte pour le catalogue de l’exposition

Vues de l'exposition

Le SlideShowPro photo gallery a besoin du plugin Flash Player un navigateur web ayant activ le Javascript.