Menu principal

CHANGE LANGUAGE

En savoir plus

Les oeuvres de Philippe Droguet, de prime abord attirantes, organiques et pour certaines charnelles, se révèlent étranges voire menaçantes. Les formes qu’il crée relèvent des registres de la peinture et de la sculpture.

L’artiste choisit ses matériaux pour ce qu’ils opèrent dans l’oeuvre, le projet qu’il formule pour elle. La liste en est longue, disparate et potentiellement infinie mais elle fait toute la richesse des textures et l’étrangeté des formes : les vis, les semences de tapissier, les baignoires, les nichoirs, les bonbonnes de gaz, les chaussettes, les cure-dents, mais aussi les ossements d’animaux, la peinture d’autoroute ou la poudre pour cartouches de chasse. La paraffine fige un drap en plis, la semence de tapissier, au lieu d’être plantée, adhère à la surface et présente en pelage ses pointes acérées, l’écorce de l’arbre, peau parmi les peaux, se voit elle-même protégée d’une couche de paraffine délicatement passée au pinceau…

Le titre de l’exposition, Blow up, fait référence au film de Michelangelo Antonioni (1966) qui obtint la Palme d’Or à Cannes en 1967. Blow up joue sur cette référence pour suggérer un rapport entre ce qui est visible au premier abord et ce qui se révèle ensuite.

En savoir plus

Le SlideShowPro photo gallery a besoin du plugin Flash Player un navigateur web ayant activ le Javascript.