Menu principal

CHANGE LANGUAGE

Jean-Luc Parant, Eboulement

Musée des Beaux-arts de Chambéry
06 nov. 2015 – 07 janv. 2016
Vernissage 6 nov. 18h
Tous les jours sauf mardi 10h-12h et 14h-18h

Acquis en 1992 par le Musée d’art contemporain de Lyon à l’issue de la première Biennale, Éboulement a été augmenté par son auteur en 1995, 2004 et 2006. Le « contrat d’envahissement » inédit qui a été conclu entre le musée et l’artiste ne pourra s’achever qu’avec la disparition de l’un des interlocuteurs, en l’occurrence l’artiste ou le musée.

Exposer Éboulement de Jean-Luc Parant, c’est donc expérimenter un processus artistique et sa temporalité. C’est aussi pénétrer au plus profond la vie de l’artiste et de son œuvre, plastique et poétique. Sur les 360 boules façonnées pour la Biennale de 1991, sont réalisés jusqu’en 2006 : 180 portraits, 180 ombres, 180 empreintes des boules dans la lumière (qui ont un portrait et une ombre) ainsi que 360 boules vues de loin, 360 boules vues d’un peu plus loin et 360 boules vues d’encore plus loin. L’Éboulement trois présenté à Chambéry réunira également « douze portraits de la disparition au plus près à la disparition au plus loin d’une boule en deux morceaux » de deux mètres de diamètre.

Éboulement est plus qu’une installation. Œuvre dynamique en perpétuelle évolution, elle conduit chacun sur les chemins questionnant notre humanité, pétrie des mystères de ses origines et de sa condition, à travers l’expérience de l’ombre et de la lumière et du monde « à partir de nos yeux ».

Jean-Luc Parant, Eboulement

Le SlideShowPro photo gallery a besoin du plugin Flash Player un navigateur web ayant activ le Javascript.