Aller au contenu principal
retour à l'agenda

Eaux d'influences : Elixirs et poisons

Performance
Visuel
Image
Visuel par Louise Mervellet
Louise Mervellet, sans titre
partager
Contenu

Les artistes Anne-Sarah Huet, Louise Mervelet, Janna Zhiri et Rémi Riault s'associent pour produire l'événement Eaux d’influences : Elixirs et poisons.

Pendant un cocktail composé par solo.chaud, Janna Zhiri et Anne-Sarah Huet, se dérouleront séances d’écoute, mix live et performances.

Louise Mervelet & Rémi Riault ont travaillé sur deux podcasts. Le premier prend la forme d’un jardin sonore ; au détour de sa balade constituée de collages de field recording faits ou bien trouvés (Yannick Tauby), l’auditeur.trice rencontre différent.es interlocuteur.trices, autant de conteurs et conteuses qui lui racontent des histoires. L’idée est de juxtaposer des récits produits par des subjectivités plurielles (Théo Robine-Langlois, poète; Sandra Lorenzi poète et artiste, Anna Holveck artiste, Soeur Charlie, femme trans militante et écrivaine), Claire Finch (chercheuse et écrivaine).

Le second podcast rassemble des productions sonores qui rencontrent l’idée de fluides, de magie, d’eau dans différents états chimiques. Le podcast se construit à partir de morceaux de field recording (IRL et dans les jeux vidéos), d'ambient, de sound design & d’ost de jeux vidéos, et d’IDM. On y croise des productions sonores des artistEs sonores Lauren Tortil et Anna Holveck.

La séance d'écoute sera ponctuée de performances et lectures par Anne-Sarah Huet et Janna Zhiri, restitution de leur résidence d'écriture éponyme, sur le thème des sodas et de l'influence. 
#LesféespleurentduSprite

 

Programme :

14h30 : Diffusion du podcast de Louise Mervelet et Rémi Riault « Jardin doré » en salle de conférence 
14h50 : Lecture de Claire Finch « Anthropo*obscène : être gouine après Bruno Latour » en salle de conférence
15h15 : Performance Janna Zhiri « Viens goûter » au 1er étage
16h00 : Dégustation de cocktails par Grolou sur la terrasse du café du musée 
16h40 : Performance de Anne-Sarah Huet « Disclaimers #Lesféespleurentdusprite » en salle de conférence
17h : Podcast de Louise Mervelet « Vallée fluide » en salle de conférence

 

 

Mercredi 16 juin 2021 - 14:30 ajouter à mon calendrier
Tarif

Gratuit

Informations horaires

de 14h à 18h

Lieu

Au musée d'art contemporain de Lyon

S'y rendre

En savoir plus

Texte En savoir plus : Gauche

Grolou
Grolou dessine, tatoue, fait de la musique, et cuisine. Sa cuisine s’essaie, avec générosité, à la découverte de nouveaux produits et de nouvelles saveurs. Cette cuisine aventureuse ne produit pas toujours du comestible, et passe par une approche scientifique qui s’intéresse à l’alchimie, la transformation, les couleurs et les textures des aliments et éléments qu’elle manipule ; à l’instar des plasticien.nes et artistes qui l’entourent, au Wonder, artist-run space dans lequel il évolue.
Au macLYON, il développe Solo.chaud, un projet protéiforme et plurisdisciplinaire dans l'ex-café du musée.

Rémi Riault
Rémi Riault est artiste et musicien. Il a une pratique DIY poussée à l’extrême, et fabrique ses synthétiseurs de A à Z, du circuit imprimé au potard. Sa musique est à la fois ambient, drone, noise, et s’inspire d’OST de jeux vidéo. Ses productions plastiques sont à la croisée de l’art et du design. Rémi est un des co-fondateurs du run-space IVECO NU à Noisy-Le-Sec.

Anne-Sarah Huet
Née en 1984 à Aubagne, elle vit et travaille à Paris.
Poète et économiste, Anne-Sarah Huet place l’écriture au centre de sa pratique artistique. Ses textes sont associés à des objets et à des usages qu’elle expose et documente. Elle construit ses fictions comme des interfaces qui s’appuient sur la mécanique de l’espace d’exposition (ou le contexte de réception quel qu’il soit) et ses modes de valorisation.

Louise Mervelet
Née en 1994 à Paris, où elle vit et travaille.
Diplômée en 2018 de la Villa Arson, Louise Mervelet inscrit son travail en partie dans le champ de la culture pop où se trouvent mêlés le trivial et le spectaculaire. Elle a un temps cherché à comprendre les liens entre sculpture et cinéma et a entamé une démarche de déconstruction radicale. Elle travaille actuellement divers médiums (vidéo, photo, sculpture) et essaie de penser des objets plastiques qui seraient des vecteurs de récits non hégémoniques. 

Janna Zhiri
Je suis histoirienne, je raconte des histoires d’amour effrontées. Fan des histoires d’amour en général, j’aime celles qui sont compliquées, entre chien.ne et chat.te. Fantômes de figures piochées dans une littérature de l’amour non-romantique comme dans Peau de Dorothy Allison ou totalement romantique, écrasante de bonheur-heureux-coup de foudre, mes personnages et moi-même sommes troublées par l’intensité du badinage consentant où les rêves les plus flous prennent voix d’identités multiples. Vive la séduction.
Le monde narratif devient sujet à la digression pour un appel à la révolution par le cœur.
En parallèle j’ai un travail plastique de pastel qui prend forme de rouleaux de logorrhée ou de mes vomissures de rêves et de fantasmes.

Anna Holveck
Anna Holveck est artiste plasticienne, compositrice et chanteuse. Diplômée de l’école Nationale des Beaux-Arts de Lyon en 2017, elle s’est formée en parallèle de ses études à la composition électro-acoustique ainsi qu’à la pratique du chant.
Artiste interdisciplinaire, elle tisse des liens entre l’expérience du son, de la vidéo, de la performance, de la voix, de l’écriture et de la composition musicale. En confrontant ces pratiques à l’environnement, aux contextes, elle s’interroge sur les façons dont la nature de l’espace influence la morphologie du son, en provoque une lecture particulière, répond à la composition et entre en résonance avec le corps. A travers ses interventions souvent in situ, elle investit différentes natures de lieux : espaces d’expositions, radios, scènes, espaces naturels ou urbains. 
Son travail était dernièrement visible à Thiers au Creux de L’enfer, lors de sa première exposition personnelle Des fourmis aux lèvres initiée par l’Institut d’Art Contemporain de Lyon dans le cadre des Galeries Nomades, ainsi qu’au CAP Saint-Fons lors de l’exposition collective What can be shown, cannot be said. Plusieurs de ses pièces ont rejoint la collection du Frac Franche-Comté en 2017 ainsi que très récemment celle du FRAC Île-de-France. 

Texte En savoir plus : Droite

Lauren Tortil 
Artiste sonore et chercheuse, Lauren Tortil porte son intérêt sur le rapport que l’humain entretient avec le processus d’écoute, par le prisme de l’histoire des technologies sonores. Cette démarche se traduit par des formes plurielles (publications, installations, vidéos, performances et ateliers etc.) avec le son comme matériau de prédilection. Elle a remporté dernièrement le Prix révélation du livre d’artiste 2020, décerné par l’ADAGP avec la publication de son livre Une généalogie des grandes oreilles. Ce livre a donné lieu à un cycle de trois expositions personnelles et un portrait filmé sur Arte.
Son travail a été montré dans plusieurs institutions culturelles en France telles que le Centre Pompidou, la Fondation Louis Vuitton, le Salon de Montrouge et dernièrement la Villa du Parc; et à l’étranger à la Sound Gallery (CZ) et lors de la 11e Biennale d’Architecture de Sao Paulo (BR).
Par ailleurs, elle a été la lauréate de plusieurs résidences parmi lesquelles : la Factatory à Lyon (2018), la Villa Belleville à Paris (2017- 2018), la Cité Internationale des Arts de Paris (2017), Générator à Rennes (2016) ou encore Triangle France à Marseille (2014).

Claire Finch
Claire Finch est écrivain-e de manifestes et protocoles gouines pour un monde post-apocalypse, et doctorant-e en études de genre à Paris 8. Dans son travail de ficto-théorie, elle se propose de « narrativiser », pour l’incarner et le questionner, l’apport théorique des études de genre. Parmi ses derniers projets sont Kathy Acker 1971-1975 (Editions Ismael 2019), I Lie on the Floor (After 8 Books 2021) et sa traduction, avec sabrina soyer, de Debbie une épopée de Lisa Robertson (Joca Séria 2021).

Théo Robine-Langlois
Né en 1990, il a vécu à Juvisy, Cergy, Taipei, Grenoble, Paris et Clamart. La pratique de Théo Robine-Langlois explore le langage au travers de différents supports d’écriture, comme l’écran, le livre, la radio ou internet.
Il écrit sur internet dans demainjarretepas.net  et dontforgetyourbodyinthebubble.net  dans des revues : Bétâ, Remugles, How to become, EAAPES, Octopus Notes, Vozed, Emergency et Teste.
Il a produit des expositions dans un appartement à Cergy avec Jessica Guez :  3some, et dans un atelier à la Courneuve avec Blaise Parmentier :  A-frame . Il visionne et remonte des films sur la construction et la représentation de la banlieue parisienne avec Stephen Loye : lavillefumee.video et il est correspondant pour la radio *DUUU et membre d’After 8 Books, librairie et maison d’édition basée à Paris. Son premier livre est publié en 2016 aux éditions Nous. Le gabion est paru en Mai 2021 aux éditions After 8 Books.

Charlie
Charlie est une femme trans militante et écrivaine. Elle est aussi astrophysicienne et a enseigné à l’université de Boston. Elle participe activement à la vie du collectif transgrrrls, notamment en traduisant des textes d’une importance politique capitale, comme un extrait de Femelles de Andrea Long Chu, sur le Sissy Porn.

FAQ