Aller au contenu principal
retour à l'agenda

macSUP #5

Avec Valentin Defaux et Marianne Mispelaëre - Atelier
Visuel
Image
Vue œuvre Marianne Mispelaëre
Marianne Mispelaëre, On vit qu'il n'y avait plus rien à voir, 2018 (détail). Vue de l’exposition au Palais de Tokyo (16.02 – 13.05.2018) © ADAGP, Paris, 2021 Photo : Marianne Mispelaëre
partager
Contenu

macSUP est un programme de recherche-création en milieu universitaire. Des étudiant.es et des enseignant.es-chercheur.euses participent au processus de création d’un.e artiste durant six mois. À partir d’une proposition de l’artiste, chacun apporte ses idées, dévoile ses compétences au fil des séances, rapprochant et comparant les méthodes de recherche et de création. Chacun peut enseigner et apprendre tour à tour dans ces ateliers collectifs.
Les groupes proposent ensuite des journées expérimentales au musée : ateliers, forums, parcours participatifs… pour faire vivre aux visiteurs du musée ce qui a constitué leur expérience tout au long de macSUP.
Rendez-vous au musée les 2 et 3 avril 2022 ! 

Cette année, les étudiant.es seront accompagné.es par les artistes Valentin Defaux et Marianne Mispelaëre.

Établissements participants:
Musée d’art contemporain de Lyon, Université Claude Bernard Lyon1, Université Jean Moulin Lyon3, INSA Lyon, École normale supérieure de Lyon, emlyon business school, École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon - Pratiques artistiques amateurs.

 

Date
-
ajouter à mon calendrier
Lieu

Les restitutions auront lieu au musée les 2 et 3 avril 2022, aux horaires d'ouverture du musée

S'y rendre

En savoir plus

Texte En savoir plus : Gauche

Diplômé des Beaux-arts de Nancy en 2015, Valentin Defaux travaille actuellement à Lyon au sein de l'Atelier SUMO.
Il y développe une pratique multiple axée autour de la re-fabrication.
Les formes qu'il élabore semblent chercher une faille de sensibilité dans les fers de lance du rationnel, tels que les moteurs thermiques ou les modèles informatiques. Il s'attarde sur la conversation constante que nous entretenons avec notre environnement technique, et les façons qu'il a de nous ressembler.
Ainsi, le temps d'un film, les hauts fourneaux de l'usine de Pont-à-Mousson forment le théâtre de rites païens.
Ailleurs, les pièces d'un 50cc se minéralisent jusqu'à devenir des artefacts sans âge.

Pour macSUP#5, il propose d’explorer la charge poétique des tutoriels et autres magazines de Do It Yourself afin de découvrir ensemble des territoires inconnus. En documentant les étapes d’apprentissage, c’est la question de la transmission qu’il propose d’interroger, tout en y intégrant la notion d’erreur.

Texte En savoir plus : Droite

« Ce qui est présent sous nos yeux est toujours incomplet. Si j’emprunte des codes visuels qui ont plutôt trait à l’invisible, c’est que je crois à ce qu’on lit au-delà de ce qu’on voit. » Marianne Mispelaëre

La pratique du dessin de Marianne Mispelaëre lui permet d’interroger les relations entre les êtres. Le langage, sa dimension performative et les silences qui lui sont inhérents, sont des matériaux de prédilection pour elle. Ses projets peuvent prendre la forme de dessins sur papier, de traces, d’installations à l’échelle de l’espace d’exposition ou encore d’actions performatives collectives.
La réflexion qu’elle propose pour macSUP#5 s’appuie sur la démarche de Victor Klemperer (cf. Frédéric Joly, La langue confisquée, Premier Parallèle, 2019). Durant la Seconde Guerre mondiale, ce philologue allemand a décrypté la « novlangue » utilisée par le nazisme. Comment une langue au départ innocente peut être détournée à des fins politiques ?

Marianne Mispelaëre est née en 1988 en Isère. Elle vit et travaille à Aubervilliers.
Son travail a été montré en France et à l’étranger ; elle a été nominée au Kunstpreis Robert Schuman (Trèves, Allemagne, 2015) au Edward Steichen Award (Luxembourg, 2017) et au Prix AWARE (Paris, 2018). Marianne Mispelaëre est lauréate du prix de la Ville de Grenoble - Le Magasin CNAC (2016) et a obtenu le Grand Prix du Salon de Montrouge 2017. En 2013, elle a cofondé la maison d’édition Pétrole Éditions qui publie notamment la « transrevue » TALWEG. Elle est diplômée de l’ÉSAL-Épinal (2009) et de la HEAR-Strasbourg (2012).

 

FAQ