Aller au contenu principal
retour aux expositions

Comme un parfum d'aventure

Exposition
Visuel
Image
Vue d'œuvre Jean Jullien
Illustration : Jean Jullien Courstesy de l'artiste et galerie Slika
partager
Contenu

Comme un parfum d’aventure est une exposition directement inspirée de l’expérience récente, collective et mondiale, de confinement imposé pour des raisons sanitaires et de manière quasi concomitante à une majorité de personnes sur la planète. Elle explore plus particulièrement la question du déplacement, empêché ou imposé, volontaire ou suscité, individuel ou en groupe, et ses conséquences sur l’individu. Elle prend la forme d’une enquête à travers le temps en puisant dans les collections du Musée des Beaux-Arts et du macLYON, tout en plaçant en regard des œuvres empruntées ou créées spécifiquement par des artistes résidant en France, voire dans une géographie proche du macLYON. À travers leurs propres déplacements dans l’exposition et l’expérience des œuvres, les visiteurs seront amenés à s’interroger sur les liens entre idéologies politiques, systèmes économiques, changements climatiques et mouvements migratoires

Cette nouvelle collaboration MAC/MBA s’inscrit dans le cadre du pôle des musées d’art de Lyon et dans une volonté de soutien actif à la scène française.

Date
-
ajouter à mon calendrier
Tarif

Plein tarif : 8€
Tarif réduit : 4€
Gratuit pour les moins de 18 ans
Voir le détail des tarifs

Informations horaires

Du mercredi au dimanche
De 11h à 18h

Lieu

Au musée
2e et 3e étages

S'y rendre

En savoir plus

Texte En savoir plus : Gauche

Les sciences et les mythes s’accordent sur un point essentiel : c’est en se déplaçant que l’être humain a commencé son aventure terrestre et il a parcouru depuis bien du chemin, en explorant la plupart du globe et en rêvant toujours de s’emparer du ciel et de l’espace. Si l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme garantit la liberté de circulation, d’infinies limitations et lois semblent écrites pour que chacun demeure sur « son » territoire. L’expérience du confinement général, subie par une grande partie de l’humanité au printemps 2020, aura rappelé à chacun.e d’entre nous à quel point il est difficile d’être privé.e du droit de se déplacer, tout en ayant rendu plus visibles et même exacerbées les inégalités sociales traduites notamment par l’inégalité d’accès à la mobilité.


Cette expérience du déplacement, entre volonté et contrainte, est construite à partir des collections du Musée d’art contemporain et du musée des Beaux-Arts de Lyon, mais aussi à travers l’invitation adressée à plus d’une vingtaine d’artistes travaillant en France et plus particulièrement en région Auvergne-Rhône-Alpes. L’exposition prend la forme d’une enquête sur le déplacement et considère les mythes et les conquêtes, la régulation de la circulation par les frontières, les idéologies politiques, les systèmes économiques et les grands mouvements migratoires qui leurs sont étroitement liés, de même que l’impact du dérèglement climatique sur les mouvements massifs et croissants de population.

Texte En savoir plus : Droite

L’articulation de l’être humain et de son environnement est une question plus que jamais essentielle. À travers cette question, c’est bien sûr celle du corps, immédiate et ontologique, qui est posée car la liberté de circuler est aussi la liberté de devenir autre. Tandis que les frontières se redressent et que la libre circulation est si facilement mise en suspens, cette violence que chacun.e d’entre nous a ressentie en remplissant chaque attestation de déplacement est directement liée aux stratégies nationales, sinon nationalistes. Indépendamment de la justesse d’une réponse à une crise sanitaire, cet arbitraire illustre la fragilité des acquis politiques aussi bien que le caractère avant tout collectif du phénomène… La liberté est-elle géographique ? Temporelle ? Négociable ?


Comme un parfum d’aventure explore ce que représente l’expérience du déplacement, d’hier à aujourd’hui, et aborde les conséquences des mobilités forcées et les restrictions de circulation sur l’imaginaire. Étudier ce droit considéré comme essentiel, dans ses limites et ses possibilités, est aussi une façon d’interroger l’emprise et l’impact que l’individu exerce sur son environnement, et inversement.
L’exposition est conçue comme un cheminement chronologique et thématique qui commence avec la découverte du monde, aborde la dimension politique du déplacement, ses formes culturelles, cultuelles et touristiques, le corps dans l’espace collectif, l’expérience du confinement et la façon de remettre le corps en mouvement. Une fois le rapport au monde entravé, l’exposition explore aussi comment, à partir du souvenir et de l’expérience, les artistes renégocient leur relation au territoire en recomposant de nouvelles cartographies, notamment en investissant d’autres dimensions.

Marilou Laneuville et Matthieu Lelièvre, commissaires de l’exposition

Documents

Image
ressource_dp_comme_un_parfum_d_aventure

Dossier de presse Comme un parfum d'aventure

Date de création: 17/07/2020

Date de modification: 28/07/2020

2,7 Mo

FR
FAQ